Perspectives

Depuis le début de ce millénaire, une nouvelle impulsion à la façade méditerranéenne a vu le jour. Tanger Med ambitionne de devenir le plus important port d’Afrique.
Le Maroc a connu plusieurs réalisations importantes dans tous les domaines. En dix ans, un fort dynamisme en terme de changement et de réformes est lancé, et d’importants projets de développement sont dorés et déjà en activités ou dans leurs phases finales.
Parmi ces projets réalisés, le complexe portuaire Tanger-Med, chantier de dimension internationale sur la côte méditerranéenne. C’est un projet d’envergure, stratégiquement situé sur le détroit de Gibraltar aux portes de l’Europe et à la croisée des plus grandes routes maritimes, qui vise un marché de proximité de 600 millions d’habitants comprenant l’Europe de l’Ouest, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord, ainsi que l’Amérique du Nord. Ce port comporte huit postes RoRo, une gare maritime et aire de stationnement RoRo / TIR, une gare ferroviaire reliée à la gare maritime. L’ouvrage peut accueillir 7 millions de passagers et 700.000 camions TIR. L’année 2009 a vu le démarrage des activités du terminal ferroviaire à conteneurs toujours dans le cadre du projet Tanger Med.

L’année 2010 a vu à son tour l’ouverture du terminal à véhicules. Après la finalisation du processus d’attribution du contrat de construction et la mise en place du montage financier de l’opération, d’autres perspectives s’ouvrent. La mise en service des terminaux 3 et 4 de Tanger Med II est prévue à la fin de l’année 2012. Tanger Med constitue une étape essentielle pour la mise à niveau des infrastructures portuaires de la Méditerranée. En effet, la capacité de trafic des deux ports cumulés est de 3,5 millions d’EVP (Equivalent Vingt Pieds) pour le premier et 5 millions d’EVP pour le second. Pour sa part, le terminal 3 sera doté d’une capacité de 3 millions de conteneurs EVP alors que le terminal 4, d’une capacité de plus de 2 millions de conteneurs EVP.

Ce méga projet vise à offrir à l’horizon 2015 une infrastructure permettant le traitement d’un trafic annuel de plus de 8 millions de conteneurs EVP, de 2 millions de véhicules et de 10 millions de tonnes d’hydrocarbures. Le port Tanger Med devrait atteindre un trafic en tonnage de l’ordre de 100 millions de tonnes. D’autre part, l’Agence Spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) a procédé, au mois de décembre 2008, au lancement commercial de la Zone Franche Logistique Tanger Med, dont la gestion et le développement ont été confiés à la société «Medhub», filiale à 100% de TMSA. Située au sein du complexe portuaire Tanger Med, la Zone Franche Logistique a été créée avec l’ambition d’asseoir une position de plate-forme logistique leader dans les régions d’Europe de la Méditerranée et Afrique de l’Ouest, en s’appuyant notamment sur la connectivité et la performance de la plate-forme portuaire.
Le lancement de cette activité constitue ainsi une étape importante dans la réalisation du projet Tanger-Med. Le port dispose aussi d’un important réseau de liaison avec le reste du Maroc par voie ferrée ou autoroute, mais son attrait le plus marqué reste la mise en place de zones industrielles à proximité immédiate. Ce sont 900 hectares de zones industrielles qui ont été prévus. A moins d’une heure de route, ces deux ZI, Melloussa I et II, viendront épauler l’offre tangéroise de la TFZ. Ces zones seront censées assurer la création de plus de 140.000 emplois. Une zone dans l’enceinte même du port sera dédiée à des activités logistiques et de transformation légère.

Sur un autre plan, l’usine Renault Tanger est considérée parmi les plus grands projets industriels du nord du Maroc, un investissement de 750 millions d’euros et des enjeux considérables qui sont à la clé.
Selon le groupe, l’usine Renault Tanger Med doit être opérationnelle début 2012. Ce sera alors au Maghreb le premier site d’assemblage de voitures à bas coût de la DACIA comme la fameuse Logan et ses dérivés. Le groupe Renault table sur une production tout d’abord de 200.000 véhicules par an, la majorité destinée à l’exportation. Renault qui annonce aussi la création de près de 36.000 emplois directs et indirects.

Sur cela, les métiers de transport et logistique sont considérés véritablement des métiers d’avenir sûr, or ils s’inscrivent légitimement avec la stratégie nationale de développement de la région du nord du Maroc.

PARTENAIRES DE L’INSTITUT